Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2016

LA SACCADE DU VICAIRE

La Saccade du Vicaire
  Coutume d'Espagne que l'usage a tourné en loi: lorsqu'une fille par caprice, par amour ou par quelque raison que ce soit, s'est mis en tête d'épouser un homme, quelque disproportionné qu'il soit d'elle, fût-ce un palefrenier de son père, elle et le galant le font savoir au vicaire de la paroisse de la fille, pourvu qu'elle ait seize ans accomplis. Le vicaire se rend chez elle, fait venir son père,et, en sa présence et en présence de la mère, demande à leur fille si elle persiste à vouloir épouser un tel. Si elle répond que oui, à l'instant il l'emmène chez lui et il y fait venir le galant.  Là il réitère la même question à la fille devant cet homme qu'elle veut épouser, et, si elle persiste dans la même volonté,  et que lui aussi déclare qu'il veut l'épouser, le vicaire les marie sur le champ sans autre formalité et, de plus, sans que le fille puisse être déshéritée.

15:20 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2016

Le Pater (dixit Saint-Simon, in Mémoires)

Le Pater (dixit Saint-Simon, in Mémoires)
Breteuil ne manquait pas d'esprit, mais ne se plaisait pas à le tourmenter.
Un jour il se mit à parler hasardeusement. Mme de Pontchartrain le disputa et lui dit  qu'avec tout son savoir elle pariait qu'il ne savait pas qui avait fait le Pater. Voilà Breteuil à rire et à plaisanter. Mme de Pontchartrain à pousser sa pointe et toujours à le défier et à le ramener au fait. Il se défendit toujours comme il put et gagna ainsi la sortie de table. Caumartin qui vit son embarras le suit en rentrant dans sa chambre et avec bonté lui souffle : "Moïse". Le baron qui ne savait plus où il en était, se trouva bien fort, et au café remet le Pater sur le tapis, et triomphe. Mme de Pontchartrain alors n'eut plus de peine à le pousser à bout, et Breteuil après beaucoup de reproches du doute qu'elle affectait , et de la honte qu'il avait d'être obligé à dire une chose si triviale prononça magistralement que personne n'ignorait que c'était Moïse qui avait fait le Pater. L'éclat de rire fut universel. Le pauvre baron confondu, ne trouvait plus la porte pour sortir; chacun lui dit son mot sur sa suffisance . Il en fut brouillé longtemps  avec Caumartin et ce Pater lui fut longtemps reproché . Son ami le marquis de Gesvres qui quelquefois faisait le lecteur et retenait quelque mot qu'il qu'il plaçait comme il pouvait, causant un jour dans les cabinets du Roi et admirant en connaisseur  les excellents tableaux qui y étaient, entre autres plusieurs crucifiements  de Notre Seigneur de plusieurs grands maîtres,  trouva que le même en avait fait beaucoup. On se moqua de lui et on lui nomma les peintres différents  qui se reconnaissaient à leurs manières. "Point du tout, s'écria le marquis ; ce peintre s'appelait INRI. Voyez-vous pas son nom sur tous ces tableaux?" On peut imaginer ce qui suivit une si lourde bêtise et ce que put devenir un si profond ignorant. 

00:43 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

28/02/2016

RP Delavay

R.P. Delavay (Suite du 28/02/2013)
Un couple venu de Bourgogne passant ses loisirs au Gets ont tiré le RP Delavay de l'ombre en s'intéressant à sa vie et créant une association perpétuant son souvenir, car c'est aux Gets que le chercheur Delavay, naquit d'où est sortie la "dynastie" des Delavay.
Il fut envoyé en mission en Chine par le Musée d'Histoire naturelle de Paris et devint le pourvoyeur de ce Musée  grâce à son amour de la nature, sa volonté de parcourir cette région du Yunnam et ses forêts tropicales, au mépris de sa vie.Il enrichit les collections du Musée de 15000 espèces figurant dans l'herbier "Asie" des laboratoires de Phanérogamie du  Musée d'Histoire naturelle de Paris. Ces envois étaient acheminés dans des caisses  de plusieurs kilos à dos de cheval jusqu'au port le plus proche, Hong Kong peut-être.
Il fit 3 séjours dans ces régions au climat très froid et tropical et contracta des maladies. Il tomba malade et épuisé mourut le 31 décembre I895.

                                                    HOMMAGE AU RP DELAVAY
                       
                                Dans le Yunnam à l'accès difficile
                                Végétait une flore dans une zone tranquille.
                                Un savant au service de Dieu
                                Résida par trois fois en ce lieu,
                                S'éprit de ses oeuvres en la nature
                                Mêlant ainsi le culte à la culture.
                                Il parcourut des sites inexplorés,
                                Bravant le rude climat au risque de sa santé,
                                Ramenant des graines, des feuilles, des racines,
                                Certaines rappelant les Alpes, les Gets, ses origines :
                                Rododendron, hydrangea, gentiane, acacia,
                                Lonicera, saxifrage, magnolia... ...
                                Et la pivoine, (Paeonia delavayi) très répandue en Chine,
                                Que, dans tous les milieux riche ou pauvre l'on dessine.
                                Les pétales soyeux s'ouvrent sur un coeur doré,
                                Sourire d'une fleur  au soleil prêt à la fêter,
                                Pétales rouges: la passion; roses: un amour naissant ;
                                Blancs : pureté; déclinaison de sentiments.
                                L'hydrangea offre sa coupe de fleurettes
                                Que le cueillir parfois l'on regrette,
                                Toutes corolles enchantant l'oeil du chercheur,
                                Emaillant les sous-bois de leurs vives couleurs

                                                                               Marie-R Delavay

18:53 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (1)

28/05/2014

TRAGEDIE EN LABOUR

carte bearn.jpgDès l'été 1609, le Labourd, région située entre l'Adour et la Navarre et dont Bayonne était la capitale économique, fut le théâtre d'une tragédie qui se solda par des centaines de personnes torturées et pour la plupart livrées au bûcher.
DEBUT DES HOSTILITES
Tout a commencé par un différend entre le "clan municipal" de ST-Jean-de Luz et le sieur d'Urtubie, le premier accusant le second de sorcellerie. L'affaire remonta jusqu'au parlement de Bordeaux. Puis lorsqu'une fille d'Urtubie fut violentée à St-Jean-de-Luz, le sieur Tristan de Gamboa retourna l'accusation contre ceux qui l'avait lancée. La rumeur aidant ce fait divers, qui devait connaître un dénouement local, prit de l'extension à l'issue d'une inquisition expresse menée par un juge civil, Pierre de Lancre.
En effet le Labourd vit en marge du royaume de France. Les hommes, marins hors pair, passent une partie de l'année dans les eaux glaciales de Terre-Neuve, pour pêcher la morue. Sur place, ils font du troc avec les tribus indigènes et rapportent de précieuses peaux. Pendant ce temps, au pays, la vie s'organise selon les principes d'une démocratie ancestrale, qui repose sur des conseils paroissiaux réunissant "les maîtres de maison". Fait remarquable pour l'époque, les curés n'en font pas partie . Les délégués au Biltzar, le grand conseil prennent des décisions où les seigneurs ni les clercs ne sont admis.
ROLE DES FEMMES
Les femmes jouent un rôle très important dans la vie sociale et économique, du fait de l'éloignement saisonnier des hommes, ce qui va attiser délires, convoitises et rancoeurs. L'attention d'Henri IV est attirée sur le Labourd jugé indifférent aux attraits de la fleur de lys. L'un des proches du Béarnais se plaint de la concurrence des pêcheurs auprès des Hurons et autres Algonquins, lui qui détient le monopole du commerce des peaux. Quand, à son tour, le seigneur d'Urtubie dénonce au Louvre les menées sataniques de ses ennemis de St-Jean-de-Luz et du Biltzar, le souverain"ayant eu avis que son pays de Labourd était grandement infesté de sorciers", saisit l'occasion de mettre au pas une province récalcitrante. Il donne l'ordre à Pierre de Lancre de ramener le calme. Le Labourd va connaître l'enfer.

15:03 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

27/05/2014

TRAGEDIE EN LABOUR (SUITE)

De Lancre.jpgPIERRE DE LANCRE
Né en 1553, le conseiller de Lancre est un érudit, féru d'Italie et passionné par la théologie. Juriste éminent -il devient docteur à 26 ans-, il est d'abord avocat avant d'acheter  une charge au Parlement. A peine arrivé à Bayonne en juin I609 il se signale par une expédition de la justice et une hostilité maniaque envers les Basques, car à ses yeux (et il le mentionne dans ses écrits), tout au Labourd porte la trace du Malin. Il suspecte l'organisation sociale et politique du Labourd donc le rôle des femmes d'entraver la bonne marche du Labourd au sein de l'institution catholique. Dans ses écrits sa méfiance envers les femmes est notoire. On peut lire ; "le Diable emprunte la beauté des femmes ... leur coiffe ressemble plus à l'arme de Priape qu'à celle du dieu Mars..." "elles ne mangent que des pommes qui est l'occasion de mordre ce fruit qui fit outrepasser le commandement de Dieu..."
REACTION DE PIERRE DE LANCRE
CHASSE AUX SORCIERES
Entre juin et novembre 1609, Lancre et sa suite parcourt plus de 24 des 27 paroisses du Labourd. Sans relâche" les   suppôts du diable (surtout de sexe féminin) sont raflés,torturés, périssent au bûcher. 
Heureusement l'automne ramène au port les pêcheurs de Terre-Neuve et la situation devient plus difficile pour les exorcistes royaux d'autant que leurs débordements (ils commencent à pourchasser les curés) finissent par agacer l'évêque, Mgr d'Echaux qui va avertir Henri IV de ces excès. P.de Lancre quitte le pays basque entraînant de force quelque deux cents "sorcières" incarcérées au fort du Ha à Bordeaux qui ne recouvriront la liberté que dix ans plus tard.
SUITE DE CES PERSECUTIONS
Traumatisée  la population cherche des boucs émissaires et s'en prend aux Juifs accusés de nuire au pêcheurs par magie noire. L'histoire a oublié P. de Lancre mort en 1631 tranquillement.

16:03 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2011

Janvier 2011

- le 20 janvier, au Sénat, avec Mr Cazalet, sénateur et Saubot une centaine participants autour de la Garbure, cette potée béarnaise avec une causerie sur Bernadotte, roi de Suède, par un de ses descendants, Bertil Bernadotte. Ambiance animée.
- le 22, sortie du nfilm de Clint Eastwood "Au-delà" qui fait grand bruit. - 3 personnages entretiennent des rapports avec la mort : une journaliste de télé anglaise,Cécile de France, sort d'un tsunami (reconstruit comme celui de Phuket en 2004 et un homme d'un attentat du métro de Londres reconstitué aussi et qui rencontre un médium qui a le don divin de communiquer avec les morts (!)  ce qui est aussi une "malédiction" pour sa vie et un garçon dont le frère est décédé accidentellement, tous trois ont affaire à ce médium. Leurs destins se croisent, il est question de paranormal, sans apporter de renseignement sur l'au-delà que ces trois personnes ont effleuré.
- le 27, à St-Serge, 2 intervenants, l'un catholique russe, l'autre orthodoxe ont exposé leur point de vue sur ces 2 religions, notamment que la Russie après maintes tentatives qui ont toutes échoué, n'a jamais pu devenir catholique
Le père Roeder conclut en disant que l'on doit souhaiter un rapprochement, une bonne entente, par des prises de conscience, des prières communes, des discussions ..
Dimanche 30, Anniversaire des 130 ans de l'Orchestre R. Lamoureux au Théâtre des Champs Elysées avec la performance de Jean-François Zygel au piano qui , à son habitude, fait preuve de pédagogie devant un auditoire en commentant son programme varié Brahms, Mozart ...

20/09/2010

Dieux & Hommes

Des Dieux et des Hommes
Ce film évoque la vie des moines de Tibehirine jusqu'à leur enlèvement. Leurs derniers jours passés sur l'Atlas furent remplis de doutes, d'hésitations quant au prolongement de leur séjour au monastère en dépit des menaces de terroristes et des conseils de l'autorité algérienne de quitter les lieux.
Première menace un groupe de terroristes franchit armé la porte du monastère un soir de Noël pour demander des médicaments. Le prieur Christian les somme de s'expliquer à l'extérieur en ce jour sacré de paix sans armes. Devant le refus ferme du prieur ils repartiront bredouilles.
Deuxième menace :ils viennent chercher le vieux médecin Luc pour soigner leurs blessés.Refus du prieur arguant de l'état précaire de la santé de Luc, vu son grand âge.
La troisième fois fut fatale : une nuit ils kidnappent 7 frères(l'un d'eux rescapé parce que caché sous son lit). On les voit partir en colonne dans laneige dans un paysage désolé pour un destin inconnu.
Des moments forts sur leur vie modeste dans le silence ou les chants religieux. Silence, travail, prière étaient leur vie parmi les musulmans qui regrettent leur départReligion

12/04/2010

Saint_Suaire

SAINT-SUAIRE Polémique
Mise au point
"En 2005, Ray Rogers, un chimiste américain qui a participé aux essais au carbone 14, a apporté les preuves que l'échantillon qui avait été utilisé pour les tests n'appartenait pas au tissu original, mais à un rapiéçage ultérieur. Et, en 2OO8, Christopher Bronk Ramsey, directeur de l'Institut de l'accélérateur radiocarbone d'Oxford, qui avait travaillé sur ces fameux tests, déclarait à la BBC qu'il s'était peut-être trompé dans la datation du Suaire..
A Turin en ce mois de mai autour d'une énigmatique bande de tissu, la science a rendez-vous avec la foi."

 

16:13 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

30/01/2010

Institut St-Serge

Institut St-Serge
La semaine oecuménique se termine par une réunion à l'Institut St-Serge avec trois intervenants : un prêtre catholique (Père de l"Eprevier), un pasteur protestant (de la rue Manin), et un orthodoxe , sur le thème " Tradition et Ecritures"
Question d'une auditrice :"Vos exposés sont très consensuels, alors pourquoi ne pas vous entendre entre vous?  Qu'est-ce qui vous divise ?
Réponse :" Nous avons des divergences, nous ne les occultons pas et n'avons pas peur d'en parler"
-Pourquoi n'en parlez-vous pas ?...
La discussion se poursuivit au réfectoire devant un buffet offert par l'évêque orthodoxe

15:58 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)