Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2016

Effluves printanières

Ce 14 avril est la plus belle journée de la saison, très ensoleillée.
Messe, déjeuner au Marigny (raie, câpres) puis j'en profite pour jardiner sur le balcon, toilette de printemps, afin de préparer un été fleuri que je passerai en grande partie à Paris. J'utilise les géranium de l'année précédente que la gelée très faible cet hiver a épargnés. Géranium rouges lumineux sous le soleil.
Le rosier pointe ses bourgeons.
                                                   EFFLUVES PRINTANIERES
                                             J'ai vu se disperser en pétales d'écume
                                             La vague qui prenait la falaise d'assaut.
                                             Le soleil menaçant à l'horizon allume
                                             Le flot où il ricoche en menus soubresauts.

                                             Le soleil éclaté en larmes de lumière
                                             Rase de ses rayons la surface des eaux
                                             Qui se teintent du ton de la mauve bruyère
                                             Jusque la roselière où poussent les roseaux.

                                             Un chevreuil aux aguets cherche dans la futaie
                                             Le fusil qui attend le déclic du chasseur.
                                             Le gibier plume et poil qu'un moindre bruit effraie
                                             Gagne son terrier protégé de la peur.

                                             C'est le printemps ! La gent animale est en fête.
                                             L'oiseau est occupé à construire son nid
                                             Et du sommet de l'arbre il chante une ariette
                                             Sautillant d'une branche à une autre, enhardi.

                                             Le chevreuil possédé par une ardeur nouvelle
                                             Bondit dans la forêt en bramant aux abois.
                                             Il s'essaie à charmer la biche qu'il appelle
                                             D'une invite à s'unir sous le couvert des bois.

                                                                             Marie-R. Delavay

15:05 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2007

A PROPOS DE MAISONS (3)

                                                         LA CAMPAGNE (Yvelines)

                                         Il a fallu s'habituer à sa séparer d'elle, les enfants partis. Jardiner, paresser au soleil, barbecue sur la pelouse, longues promenades dans les vergers de la campagne environnante ... furent des petits boheurs que l'on appréciait, petite bonheurs passés en famille

                                                                  C H A M B O U R C Y
                                                         au 5, chemin de la Marnière

                                                Le printemps est venu fleurir le mur de roses.
                                                Dans le feuillage épais l'oiseau construit son nid.
                                                Il s'active apportant mille petites choses
                                                Je l'entends pépier dès son travail fini.

                                                Le muguet matinal agite sa clochette.
                                                "Réveillez-vous, dit-il, vite réveillez-vous!"
                                                Sans son coin à qui veut l'écouter il répète :
                                                "Le soleil nous attend, il est au rendez-vous.

                                                Les grappes du lilas se colorent de mauve.
                                                Le forsythia d'or répond à son appel.
                                                D'un bouton de jonquille allégrement se sauve
                                                Un pétale qui lance un salut fraternel

                                                La pelouse verdit. Il faut  qu'on s'intéresse
                                                A maintenir en forme un tapis velouté.
                                                Charmes de la saison... soucis ! mais rien ne presse
                                                Tout concourt à former un décor enchanté.

                                                Trois notes ... le refrain trottine dans la tête.
                                                Le ciel est clair à l'aube et nous remplit d'espoir.
                                                On se prend à rêver que c'est un jour de fête
                                                Qu'assombrira peut-être une averse le soir.

                                                 Chère maison ouverte à la joie, à l'espace,
                                                 Nous t'avons rencontrée et tu nous attendais
                                                 Dans les vergers blottie en  ton état de grâce !
                                                 Pour les jours à venir, sois un havre de paix.

                                                                               Marie-Rose Delavay
                 

17:05 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

A PROPOS DE MAISONS (2)

                                       LES RICHOUX  L a Selle-sur-le Bied (Sologne)

                           Cette fermette aménagée, combien j'en garde un souvenir fervent ! Elle était très exigeante avec son séjour de 60m2, 3m. hauteur de plafond, vaste cheminée (dont le planavait été tracé par André) Certains jours d'été, les murs épais nous garantissaient une fraîcheur appréciable lorsque la température extérieure égalait celle de la côte d'Azur. Je ne passerai pas sous silence le jardin qui fleurissait selon les saisons -- printemps : fortithya, crocus, lilas -- été : roses polyantha, giroflées odorantes, pivoines, iris (près de l'étang où nichaient des poules d'eau -- automne : chrysanthème ( 1 pied) et les baies rouges de la haie. Un bémol : les herbes folles difficiles à maîtriser ...

                                                           S E P A R A T I O N 
                                              
                                           Adieu, vieille maison qui nous donna la chance
                                           D'ouvrir grand les volets au soleil des vacances !

                                           Les pins qui ont grandi s'alignent sur le seuil
                                           Offrant mieux qu'une main leur chaleureux accueil
                                           Et les bouleaux feuillus qu'un moindre souffle agite
                                           Disent je ne sais quoi en de maintes redites.
                                           A leur pied, les narcisses fleurissent au printemps,
                                           Sourire du soleil à l'hiver déclinant.
                                           Je faisais des bouquets de leur vive corolle
                                           Quand j'arrivais avant qu'un passant ne les vole.

                                           Le petit chemin creux qui mène Dieu sait où
                                           Où se perdaient nos pas sans jamais voir le bout,
                                           Presque toujours désert, on n'y voyait personne,
                                           Serait-ce l'avant-goût de quelque fin de monde ?
                                           Mais me disaient certains : "Est-ce que le repos
                                           Est là où l'absence de foule fait défaut ?"
                                           Je dirais qu'aux Richoux on se sentait tranquille
                                           Loin de l'agitation de la cité fébrile.

                                           Un merle ou rossignol sur la cîme perché
                                           D'un vieil orme égayait nos petits déjeuners.
                                           Lorsque venait le soir, un réél tintamarre
                                           Une cacophonie émergeait de la mare :
                                           Les appels apeurés des poules d'eau fuyant
                                           Les rires goguenards d'un crapaud arrogant
                                           Je crois bien que cessaient des sombres bacchanales
                                           Quand le jour colorait le ciel de lueurs pâles.

                                            Oublierais-je les roses ? d'en cueillir un bouton,
                                            Le voir s'épanouir dans un vse au salon ....
                 
                                            Adieu, chère maison! à la plus belle page
                                            De l'album-souvenir dormira ton image.
                                                                      
                                                                           Marie-Rose Delavay
                                                                           (octobre 1986)

16:46 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

01/03/2007

A PROPOS DE MAISONS

                     Il y a des maisons qui m'ont abandonnée, mais je leur reste fidèle et les habite toujours, c'est-à-dire que je les hante, je les visite en me rendant invisible par la pensée à l'issue de leurs occupants.
                     LASSERRE-CROUSEILHES (64) :Cette vieille maison, presbytère fin du I8° s., face à la petite égliqe du 12° s. et son cimetière ceint d'un mur, où mes parents reposent, a changé de propriétaire deux fois depuis le partage.
                     Résonne-t-elle encore de rires et disputes d'enfants, petits-enfants, cousins et cousines? J'en doute,il semble qu'il y ait moins de gaité, puisque les derniers occupants la quittent pour des raisons de force majeure.

                                          LA MAISON  DES  ETES  ENCHANTEURS
                                 Dans l'antique demeure à l'assise solide,
                                 Entre le jardin calme éblouissant de fleurs
                                 Et la façade au Sud qui n'a pas pris de ride,
                                 Ma jeunesse a connu des étés enchanteurs.

                                 Elle fut un asile où veillaient les dieux lares
                                 Sur le bonheur discret fait de tout et de riens
                                 Engrangeant de l'Amour comme des choses rares
                                 Avec dessouvenirs légers et aériens.

                                 Dans l'épaisseur des murs s'est façonné mon être.
                                 Chaque pierre pactise avec mon corps de chair.
                                 Les plaintes sous le toit sont celles de l'ancêtre
                                 Hanté par l'abandon de ce qui lui fut cher.

                                La maison a donné sans exiger d'obole
                                De génération en génération.
                                Les enfants sur mes pas l'aiment comme une idole
                                Son histoire forçant la vénération.

                                Les arbres sont sortis de l'assaut des orages
                                Meurtris ou décimés, gardiens et protecteurs
                                De la charpente en bois défiant les outrages,
                                Havre de ma jeunesse aux étés enchanteurs
                                    
                                                 (La Petite Musique des Jours)
                                                  Marie-Rose Delavay)

16:42 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2007

REQUIEM

                                               R E Q U I E M
                                           (A Jean  Grassin)
                         Poèmes qui dormez dans l'oubli d'un recueil,
                         Accordez votre rime au luth qui grince et pleure.
                         Erato, votre Muse, en ce jour est en deuil
                         Rt mène le cortège à l'èultime demeure.

                         Face au vide engendré, rêve d'apesanteur,
                         Chantez, vers ciselés, d'antiques cantilènes.
                         Ricochez, lais d'Amour, lorsque le soleil meurt
                         Avant de rebondir vers des aubes sereines.

                         Les livres assemblés pour un dernier revoir
                         Se concertent formant une voûte en géode
                         Où chaque voix se fond en chapelets d'espoir
                         Aux silences pieux qu'orchestre le rapsode.

                         Au loin de Port en Dro, la vague ivre de mots
                         Qu'effiloche en heurtant le roc qui l'enténèbre.
                         Syllabe après syllabe, au vain ressac  des flots,
                         Elle scande le pas d'une marche funèbre.

                         Erato, votre Muse, en ce jour est en deuil.
                         Poèmes, dressez-vous ! dès qu'Il franchit le seuil.
                                                    Marie-Rose Delavay

                                              (paru dans Séquences n° 48
                                                  Club des Poètes Présents)

 

                                                  IN MEMORIAM
                                            (A Julien Bourdet
                                             A Gaston Vallette)

                                Notre communauté en ce jour est en deuil.
                                Le vent frais de l'automne à notre porte pleure.
                                Deux amis béarnais sont accueillis au seuil
                                Qui mène vers l'ailleurs, à l'ultime demeure.

                                Ensemble réunis pour un dernier revoir
                                Remercions leurs efforts pour que nos origines
                                Demeurent à jamais comme un ferment d'espoir
                                A l'abri du sol qui vit naître nos racines.
                                                         
                                                         Marie-Rose Delavay
                                                   (paru dans Pays Basque & Béarn
                                                        n° 6O5  - déc. 2OO6)

 

17:31 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (2)