Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2014

Salle Pleyel 2014

La salle Pleyel donnait en représentation, entre autres, le concerto pour piano n°1 et Danse macabre
de Listz que devait interpréter le russe Boris Berezoski, souffrant, qui fut remplacé au pied levé par sa compatriote Valentina Lisitsa qui jouait pour la première fois en France, de façon magistrale avec quatre rappels qu'elle honora par quatre reprises puis ferma le clavier, signe qu'elle ne désirait pas un cinquième rappel.
Le public de la salle  fit une ovation à cette jeune pianiste, mince silhouette, blonde, vêtue d'une robe rouge à corolle, qui réussit sa rentrée à Paris.
Cependant  la critique du Figaro, sous la plume de Christian Merlin, fut moins élogieuse envers elle, notant "l'horrible robe rouge" , "on a vu un monstre du clavier, on attend une musicienne" (!...)
Le jeudi 30 janvier, ce fut le concert anniversaire pour les 90 ans de Menahem Pressler qui joua le Concerto pour piano N°23 de Mozart qui fit résonner délicatement le piano avec beaucoup de délicatesse confinant la magie. Il souleva l'enthousiasme des auditeurs qui l'applaudirent debout pour la majorité avec trois rappels puis prit le bras du Premier violon pour mettre fin aux applaudissements et quitter la scène.

17:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

25/01/2013

La Neige

La Neige tombe en fins flocons sur le jardin de la résidence et sur le Parc. Cette neige étincelante recouvre allées et gazon. Que sont devenus lles oiseaux qui s'ébattaient dans les arbres et sur la pelouse? Où ont-ils trouvé refuge ?
Mes pieds  s'enfoncent mollement dans  ce tapis vierge de tout contact. Je regrette d'avoir à souiller cette étendue blanche de l'empreinte de mes pas.
Le silence règne. Pourquoi troubler cette féérie ?... Dans ma tête dansent des passages du Concerto pour piano de Lutoslawski interpreté magistralement par Christian Zimerman (5 rappels) à la salle Pleyel en ce mois de janvier 2O13, ce passage formé de notes brèves séparées de silences, sans accords, semblable au rythme de mes pas qui craquent sous la neige (4° mouvement).

17:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2011

Janvier 2011

- le 20 janvier, au Sénat, avec Mr Cazalet, sénateur et Saubot une centaine participants autour de la Garbure, cette potée béarnaise avec une causerie sur Bernadotte, roi de Suède, par un de ses descendants, Bertil Bernadotte. Ambiance animée.
- le 22, sortie du nfilm de Clint Eastwood "Au-delà" qui fait grand bruit. - 3 personnages entretiennent des rapports avec la mort : une journaliste de télé anglaise,Cécile de France, sort d'un tsunami (reconstruit comme celui de Phuket en 2004 et un homme d'un attentat du métro de Londres reconstitué aussi et qui rencontre un médium qui a le don divin de communiquer avec les morts (!)  ce qui est aussi une "malédiction" pour sa vie et un garçon dont le frère est décédé accidentellement, tous trois ont affaire à ce médium. Leurs destins se croisent, il est question de paranormal, sans apporter de renseignement sur l'au-delà que ces trois personnes ont effleuré.
- le 27, à St-Serge, 2 intervenants, l'un catholique russe, l'autre orthodoxe ont exposé leur point de vue sur ces 2 religions, notamment que la Russie après maintes tentatives qui ont toutes échoué, n'a jamais pu devenir catholique
Le père Roeder conclut en disant que l'on doit souhaiter un rapprochement, une bonne entente, par des prises de conscience, des prières communes, des discussions ..
Dimanche 30, Anniversaire des 130 ans de l'Orchestre R. Lamoureux au Théâtre des Champs Elysées avec la performance de Jean-François Zygel au piano qui , à son habitude, fait preuve de pédagogie devant un auditoire en commentant son programme varié Brahms, Mozart ...

12/04/2010

Gérard CAUSSE Alto

Gérard Caussé dans Harold en Italie d'Hector Berlioz.(au théâtre des Champs Elysées)
Cette symphonie inspirée d'Harold Childe de Byron représenté par l'alto Gérard Caussé, en 4 épisodes, permet d'entendre ce virtuose de l'alto, joué en solo, qui en plus de sa technique précise, mêle une gestuelle toute personnelle qui nous fait vivre le personnage d'Harold dans ses diverses situations, la joie dans des paysages italiens, puis dansl'orgie des brigands. Sa mélodie finale est happée dans un allegro frenetico marqué par un déchaînement orchestral.
Les applaudissements furent à la mesure de cette prestation.

16:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2010

Chopin

Rafal Blechacz< (grand prix Chopin à Varvasovie) nous a entretenus sur Arte de son expérience et de son interprétation basée sur l'émotion du compositeur, Chopin. Il a le sentiment que les compositions de Paris sont mélancoliques parce que Chopin était triste. Au contraire, sa liaison avec George Sand a eu une influence bénéfique sur son inspiration

15:07 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2010

Hommage à Chopin

Hommage à Chopin
Sur les conseils de Eve-Marie G. pianiste, écouté à la salle Playel, le récital du polonais K.Zimmerman (sonate 2 & 3   de Chopin) dans le cadre du 2OO° anniversaire de la naissance de Chopin.
Ce pianiste que je ne connaissais pas a une stature internationale, plusieurs grands prix. Il est qualifié de "perfectionniste" au point,dit-on, de retirer  de la vente des disqu_es dont il n'était pas convaincu alors que la presse débordait d'enthousiasme. Il est considéré comme l'un des meilleurs interprètes de Chopin.
Sa précision va jusqu'à transporter son propre piano(un steinway) sur les lieux de concert. De plus il allie à sa technique son expérience de facteur de piano
Son répertoire lui a valu de la salle en ce 1° mars deux ovations (overstanding) qu'il a honorées deux fois, plus à nouveau un tonnerre d'applaudissements jusqu'à la tombée du rideau.

                                                             HOMMAGE A CHOPIN
                                                                   (Sonnet)

                                                         La main sur le piano voltige
                                                         C'est un passage ailé d'oiseau,
                                                         Un murmure du vent sur l'eau,
                                                         L'éveil d'une fleur sur sa tige.

                                                         Le corps tendu soudain s'anime,
                                                         Gestuelle sur le clavier
                                                         Qui recherche l'accord parfait,
                                                         Unis jusqu'à la note ultime.

                                                         Humble face au génial Chopin,
                                                         Zimmerman que la grâce atteint
                                                         A conquis de son Maître l'âme.

                                                         Divinement interprèté,
                                                         Chopin que le public acclame
                                                         Sourit en son Eternité.

                                                                                Marie-R.Delavay

16:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/07/2007

Mozart

                          
                     24 mai : Avec le concert pour piano et orchestre n°17 en sol majeur se termine le cycle voué à Mozart à l'occasion du 400° anniversaire de sa naissance 
                     On se plait à dire que la composition de ce concerto en sol est rare. On en connaît 2 autres le n° 4 de Beethoven et celui de Ravel. Elan et richesse d'inspiration sont les qualités de ce morceau. Mozart a 28 ans et est réconcilié avec son père.
                     Suit la symphonie n°13 de Chostakovitch. Il s'inspira des poèmes de E  Rvtouchenko pour dénoncer l' antisémitisme, chantés avec des choeurs d'hommes.
                     Le concert débuta par un hommage à Rostropovitch avec 8 violoncelles et la soprano Ghislaine Raphanel.

15:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2007

SALLE PLEYEL

                                  ROSTROPOVITCH DIRIGE CHOSTAKOVITCH

             La salle Pleyel a rouvert ses portes et sa nouvelle disposition permet une meilleure diffusion du son. En fond de scène, à l'emplacement qu'occupait jadis l'orgue  Cavaillé-Coll de 1929, ont pris place en fond de scène à l'emplacement qu'occupait jadis l'orgue de Cavaillé-Coll de 1929, 162 places assises face au chef d'orchestre, qui font de Pleyel la première salle de ce type dans la capitale.
             Ce jeudi de novembre, Rostropovitch (80 ans) dirige l'orchestre avec à l'affiche Chostakovitch dont il fut l'élève, à l'occasion du centième anniversaire de la naissance du compositeur (1906-1975). Le jeu des cor, violoncelle, timbale exprime dans ce concerto les souffrances du compositeur causées par l'oppression dont il fut victime par la politique menée en U.R.S.S.
              La jeune violoncelliste Tatjana Vassilieva, longiligne dans  sa robe blanche, fit preuve de maitrise techniue, cependant  la nouvelle disposition de la salle Pleyel , bien que dotée d'une meilleure acoustique,  rend encore difficile les cordes solistes, a-t-il été dit par la critique.
              Le dernier mouvement, sous couvert de danse populaire, laisse entrevoir un avenir meilleur.
                                                       (Concerto pour violoncelle de D. Chostakovitch)
                                                       (8° Symphonie du même compositeur)

16:56 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

24/02/2007

HOMMAGE A MOZART

                                   Il fut un temps où jr noirçissais des pages de cahiers d'écoliers de compte-rendu journaliers, d'impressions personnelles, de faits sans importance pour constituer un journal intime d'adolescence ou de jeunesse.Aujourd'hui, j'ouvre un espace pour m'exprimer à haute voix.L'année 2006 qui célèbre l'anniversaire de la naissance de MOZART  est le premier sujet qui me tient à coeur. A mon modeste niveau, j'ai fêté cet évènement en peignant un tableau et en écrivant un sonnet :

                                                  HOMMAGE  A  MOZART
                                 La main voltige et prend une belle envolée.
                                 Le clavier répond à cet appel divin.
                                 De chaque touche fuse un éclat cristallin
                                 Et l'âme de Mozart s'élève, ô grâce aîlée !

                                 Le silence qui suit la magie en allée
                                 Frissonne de l'écho cascadant au lointain,
                                 Souvenance d'accords aussi frais qu'un matin,
                                 De rires et sanglots tour à tour constellée.

                                 Le clavecin s'est tu. Ce n'est pas un adieu.
                                 Il règne dans nos coeurs la puissance d'un dieu,
                                 Mais déjà se profile une ombre qui se farde.

                                 Dans son ultime note au souffle génial,
                                 Euterpe, conjurant la démente Camarde,
                                 Délire au lamento du Requiem fatal.

                                                             27 janvier 2007

16:57 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)