Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2015

Délabrements immobiliers

Délabrements immobilier.
Après un demi-siècle d'occupation à l'état neuf, l'appartement manifeste des signes, des craquements de nature à perturber momentanément la vie de tous les jours.
D'abord au point de vue de l'eau potable de petites fuites causant de mini inondations dans la cuisine nécessitent le changement d'appareils ménagers branchés sur le réseau.
Cet ennui écarté, c'est au tour de l'électricité de donner des signes de faiblesse, un court-circuit sur la prise électrique causé par la Fibre. A! la Fibre !... d'où panne du téléphone, télé, ordinateur, ce qui isole du monde. Heureusement la lecture est là pour compenser ce manque de service au moment où l'information est riche : attentats, élections régionales .
Je ne peux pas dire "mon cher appartement",que j'ai eu envie de quitter maintes fois sans mettre à exécution ce projet, car même dans les "beaux quartiers", après des dizaines de visite, je n'ai pas trouvé semblable situation. Le matin à l'Est on profite du soleil quand il veut bien se montrer. A partir de 2 h. c'est l'ouest que le soleil éclaire avec une vue sur la verdure (24 ha.). Cette situation privilégiée l'emporte sur toute autre considération : le 19° arrondissement peuplé de multiples classes de la société, pas les meilleures, loin des lieux culturels : Palais Garnier, Louvre, Salle Payel. Il y a le métro, me direz-vous, moyen populaire de se déplacer.
En conclusion, je persiste à rester dans le 19° dans l'appartement que je n'ai pas désiré mais qui s'impose à moi par certaines performances. Avantages certains : ses promenades dans un parc entièrement rénové, ce qui met en valeur qui ne mérite plus je crois d'être considéré comme inférieur à tout autre avec ses paysages variés, son terrain vallonné, son belvédère, ses arbres aux essences différentes que l'on abat parce que frappés de maladie, certains centenaires.
Pour tous ces agréments, je me surprends à aimer mon quartier qui est comme un village : proximité des commerçants, des lieux de santé : radio, médecins, pharmacie, hôpital.
L'appartement mérite d'être réparé au moindre craquement de vétusté.
On peut comparer l'appartement au corps humain qui se dégrade avec l'âge. On doit veiller à son bon fonctionnement, les moyens sont là  de jour en jour plus efficaces. Les progrès scientifiques retardent et améliorent l'état du corps ce qui prolonge la durée de vie, mais l'homme n'est pas éternel. Il y a une fin à toute chose.
De même l'immobilier vieillit. Les modes de vie changent nécessitant  des appareils de plus en plus performants , des emplacements de dimensions différentes.
Pour l'instant l'appartement est habitable sans souci majeur, le corps humain reprend ses anciennes habitudes après réparation durant des semaines d'hospitalisation. Il est bon de reprendre une vie normale afin de pouvoir profiter au maximum des agréments qu'elle nous offre sans souffrance, l'impression de se surpasser
En conclusion, les dégradations immobilières et les dégradations corporelles dues à la vieillesse se ressemblent avec des degrés plus handicapants pour les uns que pour les autres. Il est consolant de sentir que tout est réparable avec une durée variable. L'espoir d'une vie meilleure est toujours possible avec du temps, de la patience. Nos scientifiques  travaillent dans ce sens avec des moyens sans cesse en progrès. Ils ne désespèrent pas de voir une solution aux problèmes les plus angoissants. L'homme n'est pas un robot quoique l'éventail de pièces détachées pouvant remplacer un organe en font un être fabriqué de toutes pièces. Il est normal qu'un robot  exécutant des fonctions humaines puisse le remplacer un jour. L'avenir réserve bien des surprises.
Cependant à force de recherches trop poussées, il ne faudrait pas que l'homme se détruise ainsi que son environnement. Ce serait la fin du monde.L'Oméga inconnu !

 



15/01/2013

La Chasse

La Chasse pourrait être un banal fait divers. Ce film ne parle pas seulement du mensonge d'un enfant accusant un adulte d'abus  sexuel. A mesure que se déroule le film on s'éloigne du sujet d'abus  sexuel d'un enfant pour aborder la "rumeur" qui agit sournoisement. C'est  le thème de "la fausse mémoire" chez certains enfants, ces jeunes enfants atteints de ce qui est appelé "le syndrome de la fausse mémoire".Ils sont persuadés d'avoir été abusés  sexuellement alors qu'il n'en est rien.
Ici l'accusé ne se défend pas avec énergie parce qu'il est dans le déni. "Puisque  je ne suis pas coupable,que je suis innocent, la justice me donnera raison" se dit-il.
Mais la rumeur se retourne contre lui, le cerne et lui mène une vie infernale dans son quotidien, le détruisant corps et âme. Un abîme s'ouvre sous ses pas
Au cours d'une chasse, on poursuit le cerf mais c'est l'homme que l'on veut abattre bien qu'il soit réhabilité au bout d'une année.Après un tir dans sa direction on voit le héros seul dans un paysage automnal de la forêt danoise sans que l'on sache s'il a été atteint.

                                             LA RUMEUR Poème tiré du recueil "Coeur en miettes"

                 La rumeur se répand, circule dans la ville.
                 Sur les toits des maisons passe un souffle dément.
                 Rien n'arrête son cours, la médisance habile
                 D'un petit rien banal fait un évènement.

                 Un bruit confus de voix dans les bas-fonds se traîne.
                 S'enfle,grandit, progresse, entache le renom
                 De l'innocent captif des filets de la haine.
                 L'intolérance ignore où va la déraison.

                 Puis un cri général atteint son paroxysme,
                 S'affaiblit quelques jours; au Sud on le croit mort,
                 Dure est la calomnie et l'écho eiche en "isme"
                 Répond avec vigueur dans les sphères du Nord.

                 Le Mal, pareil à l'hydre, est doté d'une force
                 Qui le reconstitue à mesure qu'il meurt.
                 Son nom est mis à nu dès que tombe l'écorce.
                 Au printemps renaîtra la nouvelle RUMEUR" ...

16:35 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2011

Cinéma : les Intouchables et Mon Pire Cauchemar

En ces périodes de crise politique et économique, on se doit de donner aux spectateurs une issue de secours dans le rêve, des moyens de se distraire ... Est-ce pour cela que les films sur les écrans qui ont le plus de succès sont très récréatifs ? Je vous le demande
Les Intouchables et mon Pire Cauchemar ont pris le parti de distraire à un certain degré. Dans le 1°, un handicapé fortuné se trouve en décalage avec un noir de banlieue qu'il a embauché pour l'aider dans sa vie quotidienne, dans le 2°, un couple BCBG laisse son ménage envahi par un homme de la rue dans des situations invraisemblables. Il y a un parallèle entre ces deux films quant à la situation des protagonistes, leur façon de raisonner qui laisse cours à des quiproquos , leur mode de vie à l'opposé ...
j'ai vu le second, car j'aime le jeu de Isabelle Huppert, pas le second car il m'est pénible de voir un handicapé dans des situations burlesques.

21:45 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

20/09/2010

Dieux & Hommes

Des Dieux et des Hommes
Ce film évoque la vie des moines de Tibehirine jusqu'à leur enlèvement. Leurs derniers jours passés sur l'Atlas furent remplis de doutes, d'hésitations quant au prolongement de leur séjour au monastère en dépit des menaces de terroristes et des conseils de l'autorité algérienne de quitter les lieux.
Première menace un groupe de terroristes franchit armé la porte du monastère un soir de Noël pour demander des médicaments. Le prieur Christian les somme de s'expliquer à l'extérieur en ce jour sacré de paix sans armes. Devant le refus ferme du prieur ils repartiront bredouilles.
Deuxième menace :ils viennent chercher le vieux médecin Luc pour soigner leurs blessés.Refus du prieur arguant de l'état précaire de la santé de Luc, vu son grand âge.
La troisième fois fut fatale : une nuit ils kidnappent 7 frères(l'un d'eux rescapé parce que caché sous son lit). On les voit partir en colonne dans laneige dans un paysage désolé pour un destin inconnu.
Des moments forts sur leur vie modeste dans le silence ou les chants religieux. Silence, travail, prière étaient leur vie parmi les musulmans qui regrettent leur départReligion

26/02/2010

Laroute de Madison

Sur la route de Madison
Ce film avec Meryl Streep et Clint Eastwood paru en 1995 passe pour la 3° fois à la télé et pour la 3°  fois  je le regarde avec émotion.
Les deux acteurs principaux ont un jeu naturel, pas de longs dialogues Leurs sentiments passent dans leur attitude :celle de Francesca quand elle veut séduire le photographe , l'indifférence qu'il lui oppose lui divorcé, célibataire endurci."Je n'ai pas le droit de t'aimer lui dit-il"
Quelques phrases-cultes :"Arrête-moi avant qu'il  ne soit trop tard" avant le premier baiser qui va déclencher le début de l'idylle
"Tu n'es pas une femme ordinaire " lors de la scène où elle se met en situation d'infériorité en évoquant ses rencontres au cours de ses voyages pour son métier de photographe au National géographique Magazine
"Nous ne sommes pas deux personnages distincts"
Quatre jours d'adultère s'écoulent et vient le moment de la séparation où il lui demande de le suivre, l'insistance qu'il met pour la persuader à le suivre, d'abandonner la ferme son mari, ses deux enfants "Ne nous détruis pas" lui dit-il. Jusqu'au bout il se montrera persuasif : voir son attitude sous la pluie alors qu'elle le voit à travers la vitre embuée assise dans sa voiture   lui debout à quelques mètres de distance,--scène de la voiture (dernière tentative)précédant celle où elle est avec son mari !!!
Ce film a une certaine force morale puisque cette infidélité de quatre jours n'aura pas de suite. L'intensité des sentiments vient de ce court laps de temps

16:09 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)