Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2016

CHOCOLAT des JESUITES

Chocolat des Jésuites
L'arrivée de la  flottille était riche de plus de soixante millions ou argent , et de douze millions de marchandise, sans les fraudes et les pacotilles En déchargeant les vaisseaux, il se trouva huit grandes caisses de chocolat dont le dessus était : Chocolat pour le Très Révérend Père général de la Compagnie de Jésus. Ces caisses pensèrent rompre les reins aux gens qui les déchargèrent, et qui s'y mirent au double de ce qu'il fallait  à les transporter à proportion de leur grandeur. L'extrême peine qu'ils eurent encore avec ce renfort donna curiosité de savoir quelle en pouvait être la cause. Toutes les caisses arrivées dans les magasins de Cadix, ceux qui les régissaient en ouvrirent une et n'y trouvèrent que de grandes et grosses billes de chocolat arrangées les unes sur les autres. Ils en prirent une dont la pesanteur les surprit, puis une seconde et une troisième , toujours également pesantes. Ils en rompirent une qui résista: mais le chocolat s'éclata, et ayant redoublé, ils trouvèrent que c'était toutes billes d'or revêtues d'un  doigt de chocolat tout autour; car après cet essai ils visitèrent au hasard le reste de la caisse et après toutes les autres. Ils en donnèrent avis à Madrid où malgré le crédit de la Société, on s'en voulut donner le plaisir. On fit avertir les jésuites , mais en vain: ces fins politiques se gardèrent bien de réclamer un chocolat si précieux et ils aimèrent mieux le perdre que de l'avouer. Ils protestèrent donc l'injure , qu'ils ne savaient ce que c'était, et ils persévérèrent avec tant de fermeté et d'unanimité, que l'or demeura au profit du Roi , qui ne fut pas médiocre, et on en peut juger par le volume de huit grandes caisses de grandes et grosses billes solides d'or; et le chocolat qui les revêtait demeura à ceux qui avait découvert la galanterie. (cadeau)

19:56 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.