Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2016

.La Colère du ROI contre son valet

La colère du Roi contre son valet
Ce prince , si égal à l'extérieur et si maître de ses moindres mouvements dans les évènements les plus sensibles, succomba  sous cette unique occasion.
 Sortant de  table à Marly avec toutes les dames  et en présence de tous les courtisans, il aperçut un valet de serdeau (office où est portée la desserte de la table du Roi), qui en desservant le fruit, mit un biscuit dans sa poche. Dans l'instant il oublie  toute sa dignité , et, sa canne à la main, qu'on venait de lui rendre avec son chapeau,  court sur ce valet qui ne s'attendait à rien moins, ni par un qu'il sépara sur son passage, le frappe, l'injurie et lui casse sa canne sur le corps : à la vérité elle était  de roseau et ne résista guère. De là, le tronçon à la main, et l'air d'un homme qui ne se possède plus, et continuant à injurier ce valet qui était déjà bien loin, il traversa ce petit salon et une antichambre, et entra chez Mme de Maintenon, où il fut près d'une heure comme il faisait souvent à Marly après dîner. Sortant de là pour repasser chezl lui, , il trouva le P. de la Chaise . Dès qu'il l'aperçut, parmi les courtisans : "Mon Père, lui dit-il tout haut, j'ai bien battu un coquin et lui ai cassé ma canne sur le dos; mais je ne crois pas avoir offensé Dieu"; et tout de suite il lui raconte le prétendu crime. Tout ce qui était là tremblait encore de ce qu'il avait vu ou entendu des   spectateurs. La frayeur redoubla à cette reprise : les plus familiers bourdonnèrent contre ce valet; et le pauvre Père fit semblant d'approuver entre ses dents pour ne pas irriter davantage et devant tout le monde.. On peut juger si ce fut la nouvelle, et la terreur qu'elle imprima, parce que personne n'en put alors deviner la cause, et que chacun comprenait sûrement que celle qui avait paru ne pouvait être véritable. Enfin tout vint à se découvrir, et peu à peu,  et d'un ami à l'autre, on apprit enfin que la Vienne, forcé par le Roi, avait été cause  d'une aventure si singulière et si indécente.

 

15:39 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.