Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2016

LA VAGUE

La Vague
En ce moment la mer nous offre de beaux spectacles de vagues en rouleaux aussi audacieux et photogéniques les unsnumérisation0003.jpg que les autres, ce qui m'a incité  à prendre les pinceaux pour saisir la magie de la vague, mon tableau récent.
On voit au lointain le flot avancer sa frange d'écume, s'élever, s'enrouler et retomber en un vaste friselis où le soleil joue et fait miroiter dans les gouttes qui retombent une gamme de couleurs, laissant le centre éclairé par une lumière éclatante pour venir s'écraser sur la grève  dans un fracas assourdissant. On ne peut se lasser d'admirer ce spectacle mimant le galop effréné de chevaux, spectacle visuel d'une beauté indescriptible que j'ai essayé  de capter dans mon tableau "Rouleau de vagues".
Est-ce la période où la mer se déchaîne ? La télé nous offre de belles images en ce moment sur la côte basque notamment pour le bonheur des surfeurs.                                                                    
                                                                            L A  V A G U E

                                                      La vague sur le sable écrit la sombre histoire
                                                      De ce marin parti qui n'est pas revenu,
                                                      De cette veuve en pleurs debout en robe noire
                                                      Priant le ciel clément pour son amour perdu.

                                                      La vague en un sursaut se confie à la Terre
                                                      Car elle vient de loin, des îles de l'exil.
                                                      Elle conte aux humains le fascinant mystère
                                                      Affronté vaillamment au mépris du péril.

                                                      La vague psalmodie à mi-voix des prières
                                                      Sur un air accordé aux syllabes du vent
                                                      Pour les corps sans linceul  privés de cimetières
                                                      Que bercent tristement les cris du goëland.

                                                      La vague, à pas pressés, surgit du flot, s'étire
                                                      Prise par le remous des algues aux longs bras,
                                                      Bondit et puis s'échoue en proie à son délire
                                                      Sur la falaise grise avec un grand fracas.

                                                      Vague après vague, va la vague jamais lasse.
                                                      En dentelles d'écume elle épouse la mer,
                                                      Entre les friselis se déploie avec grâce
                                                      Et sur le sable écrit l'histoire de la mer.
                                                                        (Kerjouanno)

14:40 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.