Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2016

Effluves printanières

Ce 14 avril est la plus belle journée de la saison, très ensoleillée.
Messe, déjeuner au Marigny (raie, câpres) puis j'en profite pour jardiner sur le balcon, toilette de printemps, afin de préparer un été fleuri que je passerai en grande partie à Paris. J'utilise les géranium de l'année précédente que la gelée très faible cet hiver a épargnés. Géranium rouges lumineux sous le soleil.
Le rosier pointe ses bourgeons.
                                                   EFFLUVES PRINTANIERES
                                             J'ai vu se disperser en pétales d'écume
                                             La vague qui prenait la falaise d'assaut.
                                             Le soleil menaçant à l'horizon allume
                                             Le flot où il ricoche en menus soubresauts.

                                             Le soleil éclaté en larmes de lumière
                                             Rase de ses rayons la surface des eaux
                                             Qui se teintent du ton de la mauve bruyère
                                             Jusque la roselière où poussent les roseaux.

                                             Un chevreuil aux aguets cherche dans la futaie
                                             Le fusil qui attend le déclic du chasseur.
                                             Le gibier plume et poil qu'un moindre bruit effraie
                                             Gagne son terrier protégé de la peur.

                                             C'est le printemps ! La gent animale est en fête.
                                             L'oiseau est occupé à construire son nid
                                             Et du sommet de l'arbre il chante une ariette
                                             Sautillant d'une branche à une autre, enhardi.

                                             Le chevreuil possédé par une ardeur nouvelle
                                             Bondit dans la forêt en bramant aux abois.
                                             Il s'essaie à charmer la biche qu'il appelle
                                             D'une invite à s'unir sous le couvert des bois.

                                                                             Marie-R. Delavay

15:05 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.