Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2016

Madame GUYON - Le Quiétisme

Madame Guyon, Jeanne-Marie Bouvier de la Motte, née à Montargis 1648-1717, fille d'un maître des requêtes, montra de bonne heure de grandes dispositions pour la vie ascétique, voulut se faire religieuse et épousa 1664 Jacques Guyon, fils de l'entrepreneur du canal de Briare dont elle eut cinq enfants.
Veuve elle vint à Paris, se crut douée pour une destinée extraordinaire, se rendit à Annecy en 1681, pour convertir les hérétiques, puis se retira chez les Urselines à Thonon.
Sous l'influence du Père Lacombe, elle prêcha le renoncement à soi-même, le silence de l'âme, l'extase dans l'amour de Dieu,  toutes doctrines connues sous le nom de Quiétisme.
De retour à Paris en 1685, elle fut enfermée chez les Filles de la Visitation de la rue St-Antoine,1688; elle en sortit bientôt et se lia avec des dames  d'une piété exaltée  qui la considérèrent comme une sainte. Mme de Maintenon s'intéressa à elle qui parut à Versailles et Saint-Cyr.
C'est alors qu'elle conçut avec Fénelon une amitié spirituelle  et exerça sur lui la plus grande influence. L'évêque  de Chartres fut effrayé  des idées mystiques qu'elle répandait à St-Cyr. Mme de Maintenon fit nommer  des commissaires, Fénelon et Bossuet, pour examiner sa conduite, ses livres, ses opinions. Ils signèrent  34 articles pour détruire ce qu'il y avait de mauvais ou exagéré dans ses doctrines. Elle se soumit et vint à Paris , mais fut internée à la Bastille jusqu'à ce que l'archevêque de Noailles obtint la permission de la placer chez les Filles de St-Thomas à Vaugirard.
Après la condamnation de Fénelon par le Saint-Siège, elle fut exilée chez son fils près de Blois 1702.
Elle acheva sa vie à Blois dans la retraite et l'exercice des oeuvres de charité.
Ses oeuvres forment 39 volumes.

14:29 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.