Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2016

L'Encrier

L'Encrier
Une arrière-grand tante, côté maternel, Lucie Libis, professeur d'espagnol, exerçait en un temps où n'existaient que les porte-plumes. L'écriture à l'encre était quasiment impossible à transporter. Apparut l'encrier supplantant la plume d'oie. C'était un petit flacon emboîtant  un cylindre métallique recouvert de cuir, que j'ai retrouvé et conservé. Il doit être centenaire mais en bon état, un petit objet curieux.
Quelle encre a-t-il contenu :
                  - bleue : pour l'usage habituel
                  - rouge : pour les corrections
                  - noire : pour les fautes graves de français
Je le sors de l'oubli par un petit poème
Je dois dire entre parenthèse que le professeur se rendait à ses cours avec un petit attelage comme il était courant que certaines femmes se déplacent  de cette façon, ainsi de nos jours en voiture personnelle.

                                                               L'ENCRIER

                                            L'encrier près du coeur a rompu le silence.
                                            Il parle et laisse aller son flot démentiel.
                                            La plume court, elle saute, elle danse
                                            Sur des rythmes gris bleus qui colorent le ciel.

                                            Le mot au fond de moi s'écorche à la parole.
                                            Mon écriture saigne et blesse en s'écoulant
                                            Ma douleur carminée et sa large auréole
                                            Glisse tel un frisson qui s'enflamme au couchant.

                                            La blessure sur des miroirs glacés se brise
                                            Sensible à l'alphabet assombri par la nuit.
                                            J'écris dans un coin noir où la Muse s'enlise,
                                            Désireuse de fuir les affres de l'ennui.

                                            J'ai laissé ma pensée au creux de ma mémoire.
                                            De bleuté, rouge, noir, vide est mon encrier.
                                            Il sera le témoin, gardien de mon histoire.
                                            La page blanche n'est qu'un chiffon de papier.

Les commentaires sont fermés.