Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2016

Il a neigé

Surprise au réveil !
Il a neigé sur Paris, une légère couche masquait la laideur de la ville, mais aussi la beauté des jardins, créant dans mon for intérieur une uniformité absente d'originalité.
Il a neigé aussi dans ma vie laissant un grand vide dans ma tête, absence d'orientation. Comment vais-je occuper ma journée, sinon les yeux rivés sur la vitre à observer un dégel qui laisse derrière lui un certain désordre où apparait le côté déjanté d'une ville surpeuplée.
Autant de pureté laisse dans mon être un besoin de me régénérer. Il est vrai que je me trouve à un tournant de ma vie que je dois meubler de nouveautés dans mes occupations et loisirs et je ne manque pas d'idée. Il est difficile de choisir la bonne voie.
                                          O Neige, ensevelis dans son dépouillement
                                          La Terre qui s'endort, paisible et maternelle.
                                          Tombez, flocons légers avec recueillement.  
                                          Grince l'alto d'Hiver, ô triste ritournelle.

                                          Efface le chemin jusqu'alors parcouru,
                                          L'empreinte de nos pas, les contours du mirage
                                          Qui limitaient le rêve auquel nous avons cru
                                          Tant était fort l'Amour et grand notre courage.

                                          O Neige, pur cristal et rayon d'ostensoir,
                                          Dissipe la rumeur de l'immensité blanche,
                                          Transformée en prière à l'approche du soir,
                                          Sur laquelle un ciel gris se penche.

Poésie., viens à mon secours et repose mon âme.

                                                     Ce soir l'air frais qui m'environne
                                                     A le parfum des soirs d'automne.
                                                     A l'aile du vent je confie :
                                                         "Je t'aime Poésie".
              
                                                     Seule ce soir je papillonne
                                                     A des excès je m'abandonne
                                                     Puis recherche la compagnie
                                                         Sage de Poésie
 
                                                     Mon alexandrin déraisonne
                                                     Au point d'être privé de phone
                                                     Il est temps que je versifie.
                                                          Aide-moi, Poésie!
                 
                                                        
                                

                                          



                          

 

Les commentaires sont fermés.