Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2015

ATTENTAT sur le THALYS

Thalys.jpgAttentat sur le Thalys
    Vers 18 h, le vendredi 21 août, alors que le train à grande vitesse Amsterdam-Paris devait arriver à Paris à 18h20, grand branle bas dans les wagons de 1° classe 11 et 12. On venait de nous servir la dernière collation quand une sirène résonne inquiétant les voyageurs stupéfaits puis un tir d'arme avec une odeur de brûlé se répand. Alors les voyageurs du convoi 11 s'affolent, se dirigent vers le Salon  pour se réfugier mais la porte est fermée, abandonnant sacs, portables, ordinateurs, objets personnels, restes de la collation qui parsèment les sièges, le sol dans un désordre indescriptible.
   Un voyageur essaie de briser une vitre sans succès le système ne fonctionnant pas, se blesse la main éclaboussant de sang ses deux enfants et quelques passagers qui portent des traces rouges sur leurs vêtements. Ce voyageur est l'acteur JH Anglade qui voyageait avec sa femme et ses deux enfants, placés dans le train devant nous. Un monsieur, voyageur placé derrière nous, lui tend de la gaze pour faire un pansement de fortune.
   Des alentours des toilettes parviennent des cris, on demande un médecin. Le drame se situe à 5 mètres du lieu où nous nous trouvons, entre les wagons 11 et 12.
   1° renseignement qui nous est donné:
   -on apprend qu'un jeune est sorti des toilettes lourdement armé braquant un premier passager qui attendait devant les toilettes, qui en essayant de le désarmer fut grièvement blessé. Un second passager est blessé au cou par un cutter en voulant maîtriser le forcené. Ce sont trois marine américains  en congé qui se trouvaient dans le train qui ont réussi à le neutraliser d'abord un bras, le second et des coups portés à la tête pour l'assommer.
   Un jeune homme près de moi complètement hébété, est incapable de répondre à mes questions sur les taches de sang qu'il porte sur lui.
   A ARRAS, arrêt du train qui marchait au ralenti jusqu'alors. Samu, sapeurs-pompiers, police  envahissent le wagon. On voit passer par les hublots le forcené bien ligoté, incapable de marcher, porté par les policiers.
  On vivait en vase clos dans le compartiment 11 quand un sapeur-pompier arriva :
   -précise que tout danger est écarté, qu'on aurait un retard de 2 heures
   -fait la liste des personnes blessées ou choquées
   -nous fait quitter le train pour un autre
   -précise que l'on va vérifier l'identité des personnes présentes (vaste travail - plus de 500 personnes !)
   -installation dans une rame ajoutée à Bruxelles
   -on apprend qu'un train va passer en route sur Paris
   -mouvement de foule vers le quai en question
   -sur le quai contre information Evacuation de la gare et l'on se masse devant gare où l'on nous indique d'aller au gymnase où l'on distribue des boissons et de la nourriture
   -arrivée au gymnase (300 m)où se trouvaient déjà beaucoup de voyageurs. Ambiance irrespirable, sièges sur les gradins pris d'assaut
  -personnellement nous quittons le gymnase, retour devant la gare où était massée une importante  force de police civile et en uniforme qui attendait la venue du ministre Cazeneuve. Aucun siège pour s'asseoir, pas de toilettes. Valise et bagages à faire suivre. Inconfort complet !... ...
   IL EST 21 HEURES
   Des taxis offrent  leurs services Arras-Paris moyennant 100 euros par personne sur la base de 4 personnes. Nous acceptons. Recherche de 2 personnes supplémentaires 
   NOUS VOILA EN ROUTE POUR PARIS. ARRIVEE 23 H 30
Nous trouvant à quelques mètres des toilettes, nous ne pouvions échapper au carnage prévu. Merci aux Américains à leur courage.
   Ceci est mon témoignage vécu sur cet évènement survenu dans le Thalys le 21-08-2015 

16:22 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.