Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2014

14-02-2014 Voyage

Ce 14 février 2014 la Wall (le Rhin) a vu ses flots grossir au point de menacer la digue qui tiendra encore longtemps. L'air malgré quelques coups de vent qui rafraîchissent l'ambiance quasi printanière est propice à la promenade. La Nature est au repos mais l'herbe dans les petites îles et les prés est verte.
Des oies cendrées ont choisi ce coin privilégié et picorent l'herbe nourricière de cette terre du "plat pays" ,  où elles font étape avant de repartir vers le  pays d'accueil lorsque elles en auront la force. Elles sont nombreuses se sachant protégées par les lois du pays à envahir les prairies.
Quelques vers (les Oies cendrées) m'ont été inspirés par cette colonie envahissante ainsi qu'une toile qui sera exposée à la Mairie au Salon d'Automne annuel 2014 dont le thème est "Voyages" et qui sera présentée sous le titre: "Migrations d'Oiseaux".                                                                                                                                                                                                        LES OIES CENDREES                                                                                          Elles viennent de loin là où le ciel est gris
                                 Nimbé de cumulus couleur de leur plumage.
                                 Elles foulent le sol des Flandres à grands cris.
                                 Première étape avant le terme du voyage.

                                 Voyez-les s'ébrouer, danse ailée au vol bas,
                                 Parade saluant la terre hospitalière,
                                 Cette terre d'accueil qu'offrent les Pays-Bas
                                 En lutte avec les flots, riche et nourricière.

                                 Voyez-les envahir les îles sur la Waal
                                 Où pousse l'herbe chère aux oiseaux de passage,
                                 Halte réparatrice avant le prochain envol,
                                 Qu'ils ont localisée au cours de leur voyage.

                                 Un jour, mal défini, vers le sud plus clément,
                                 Les oies repartiront, messagères d'espace,
                                 Le soleil d'un pays familier les attend
                                 Qu'elles atteindront grâce à leur instinct tenace.
                                
                                 Un grand rassemblement est signe de départ.
                                 Elles nous quitteront par le large attirées
                                 Au gré des alizés sources de tout retard
                                 Et des saisons rythmant leur vol, les oies cendrées.

10:54 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.