Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2009

Les Arbres

Les arbres sont dépouillés. Le vent a dispersé les dernières feuilles sur le gazon, l'eau du lac qui frémit.
Je les ai aimés ces arbres depuis ma prime jeunesse : arbres fruitiers du verger que l'on seouait pour faire tomber les fruits mûrs qui doraient au soleil sur les hautes branches -- les arbres d'ornement : le saule torturé (salis tortuosa), le saule majestueux qui pleurait sur l'étang, les pins des forêts qui donnaient leur sève, les sapins des montagnes que l'on sacrifiait en masse à l'époque de Noël, les peupliers qui se balançaient au gré du vent , les ifs véritables pinceaux dressés vers les cieux, les bouleaux en cépée ...
Je les contemplais dans leur différente vêture : verte, parure printanière, chaudement colorée à l'automne jusqu'à leur dénuement qui découvrait leurs membres décharnés.
Je les ai peints tels que la Nature nous les offre, puis je me suis permis diverses modifications optant pour une tendance irréaliste. Pourquoi les feuilles ne seraient-elles pas carrées, angulaires ?
Je me souviens que les arbres furent mes premiers refuges. Grimpant sur les plus hautes branches et choisissant une asssise solide,ils m'assuraient un certain isolement pour lire. J'y passais des heures lisant, contemplant la nature alentour.
Ce fut un vieux figuier (peut-être centenaire) au tronc noueux crevassé qui portait de nouvelles branches,qui se prêtait à cet exercice et fut témoin de mes premières lectures. Réceemment en repassant devant cette maison suivie du jardin (j'ai la nostalgie des maisons où j'ai vécu je pense qu'un peu de moi y survit) j'ai constaté qu'il n'existait plus ! ... mais la vieille treille subsistait encore. Les dernières grappes de chasselas dorées étaient disputées aux abeilles qui avaient parfois le beau rôle.
L'amour de la Nature ne m'a pas quittée. Il s'est transformé dans ce sens que la vie en ville ne permet pas de vivre en osmose avec elle. Le Temps garde la Nature qui ne vieillit pas.

16:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.