Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2007

A PROPOS DE MAISONS (2)

                                       LES RICHOUX  L a Selle-sur-le Bied (Sologne)

                           Cette fermette aménagée, combien j'en garde un souvenir fervent ! Elle était très exigeante avec son séjour de 60m2, 3m. hauteur de plafond, vaste cheminée (dont le planavait été tracé par André) Certains jours d'été, les murs épais nous garantissaient une fraîcheur appréciable lorsque la température extérieure égalait celle de la côte d'Azur. Je ne passerai pas sous silence le jardin qui fleurissait selon les saisons -- printemps : fortithya, crocus, lilas -- été : roses polyantha, giroflées odorantes, pivoines, iris (près de l'étang où nichaient des poules d'eau -- automne : chrysanthème ( 1 pied) et les baies rouges de la haie. Un bémol : les herbes folles difficiles à maîtriser ...

                                                           S E P A R A T I O N 
                                              
                                           Adieu, vieille maison qui nous donna la chance
                                           D'ouvrir grand les volets au soleil des vacances !

                                           Les pins qui ont grandi s'alignent sur le seuil
                                           Offrant mieux qu'une main leur chaleureux accueil
                                           Et les bouleaux feuillus qu'un moindre souffle agite
                                           Disent je ne sais quoi en de maintes redites.
                                           A leur pied, les narcisses fleurissent au printemps,
                                           Sourire du soleil à l'hiver déclinant.
                                           Je faisais des bouquets de leur vive corolle
                                           Quand j'arrivais avant qu'un passant ne les vole.

                                           Le petit chemin creux qui mène Dieu sait où
                                           Où se perdaient nos pas sans jamais voir le bout,
                                           Presque toujours désert, on n'y voyait personne,
                                           Serait-ce l'avant-goût de quelque fin de monde ?
                                           Mais me disaient certains : "Est-ce que le repos
                                           Est là où l'absence de foule fait défaut ?"
                                           Je dirais qu'aux Richoux on se sentait tranquille
                                           Loin de l'agitation de la cité fébrile.

                                           Un merle ou rossignol sur la cîme perché
                                           D'un vieil orme égayait nos petits déjeuners.
                                           Lorsque venait le soir, un réél tintamarre
                                           Une cacophonie émergeait de la mare :
                                           Les appels apeurés des poules d'eau fuyant
                                           Les rires goguenards d'un crapaud arrogant
                                           Je crois bien que cessaient des sombres bacchanales
                                           Quand le jour colorait le ciel de lueurs pâles.

                                            Oublierais-je les roses ? d'en cueillir un bouton,
                                            Le voir s'épanouir dans un vse au salon ....
                 
                                            Adieu, chère maison! à la plus belle page
                                            De l'album-souvenir dormira ton image.
                                                                      
                                                                           Marie-Rose Delavay
                                                                           (octobre 1986)

16:46 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.