Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2007

A PROPOS DE MAISONS

                     Il y a des maisons qui m'ont abandonnée, mais je leur reste fidèle et les habite toujours, c'est-à-dire que je les hante, je les visite en me rendant invisible par la pensée à l'issue de leurs occupants.
                     LASSERRE-CROUSEILHES (64) :Cette vieille maison, presbytère fin du I8° s., face à la petite égliqe du 12° s. et son cimetière ceint d'un mur, où mes parents reposent, a changé de propriétaire deux fois depuis le partage.
                     Résonne-t-elle encore de rires et disputes d'enfants, petits-enfants, cousins et cousines? J'en doute,il semble qu'il y ait moins de gaité, puisque les derniers occupants la quittent pour des raisons de force majeure.

                                          LA MAISON  DES  ETES  ENCHANTEURS
                                 Dans l'antique demeure à l'assise solide,
                                 Entre le jardin calme éblouissant de fleurs
                                 Et la façade au Sud qui n'a pas pris de ride,
                                 Ma jeunesse a connu des étés enchanteurs.

                                 Elle fut un asile où veillaient les dieux lares
                                 Sur le bonheur discret fait de tout et de riens
                                 Engrangeant de l'Amour comme des choses rares
                                 Avec dessouvenirs légers et aériens.

                                 Dans l'épaisseur des murs s'est façonné mon être.
                                 Chaque pierre pactise avec mon corps de chair.
                                 Les plaintes sous le toit sont celles de l'ancêtre
                                 Hanté par l'abandon de ce qui lui fut cher.

                                La maison a donné sans exiger d'obole
                                De génération en génération.
                                Les enfants sur mes pas l'aiment comme une idole
                                Son histoire forçant la vénération.

                                Les arbres sont sortis de l'assaut des orages
                                Meurtris ou décimés, gardiens et protecteurs
                                De la charpente en bois défiant les outrages,
                                Havre de ma jeunesse aux étés enchanteurs
                                    
                                                 (La Petite Musique des Jours)
                                                  Marie-Rose Delavay)

16:42 Publié dans Poèsie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.